Mon panier

 x 

Panier Vide

Pour la première fois  sur scène en France  depuis plus d’un siècle :

 

Rienzi de Richard Wagner au Capitole de Toulouse 

 

Il s’agit d’un événement de taille majeur .La  représentation en scène  du Rienzi à quelques mois du début des commémorations du bi centenaire de la naissance de Richard  Wagner 1813-1883.

Le Festival de Bayreuth 2013 l’annonce dans le cadre du Festival, mais les représentations n’auront pas lieu sur la fameuse colline, mais dans une autre salle.

Il y eut au Châtelet en 2002 un concert très décevant au cours duquel seuls les auditeurs purent déceler les grandes lignes de l’œuvre, mais la distribution en était assez difficile.

Rien de tel à Toulouse .L’essentiel du grand intérêt de cette production est dans la distribution des chanteurs qui relève de l’idéal  car nous devons garder présent à notre pensée le niveau de notre époque qui ne compte pas d’immenses chanteurs comme à l’âge d’or.

 

En rôle titre, Torsten Kerl  jeune allemand qui déjà s’affirme hautement dans ce répertoire de helden ténor  .Le timbre  d’une jeunesse intrépide, franc, clair en couleur et cependant chaleureux .L’ambitus très ample et large, la puissance et l’énergie  de la voix, les passages de registres insoupçonnables  et d’entrée de jeu  une harmonie totale du corps et de la voix qui impose le personnage. Fierté de l’émission, qualité irréprochable du sens prosodique et  maîtrise absolue du souffle que l’on croit inépuisable, comme l’on se demande si ses aigus planant impérieusement au dessus de l’orchestre connaissent une limite. Son chant  subjugue par sa qualité d’irradiante  et  de plus rien dans toute sa prestation ne laisse  soupçonner qu’il fasse un effort ou surmonte une difficulté .Le chant est parfaitement musical et audible ,comblant l’attente de l’auditeur.

La mezzo soprano  Daniela Sindram (superbe timbre doré  et lumineux) entre dans le rôle travesti d’Adriano avec  une force et une détermination magnifiques. Elle se révèle à nous comme digne d’un rôle aussi complexe et exigeant .Elle maîtrise parfaitement des écarts de tessitures absolument étourdissants sans perdre une once d’expression ni de musicalité  et captive son auditoire par la puissance et l’énergie d’une  prosodie souveraine. Elle domine sont rôle  haut la main sur le plan scénique, bravant toutes les difficultés avec un naturel confondant.

Le rôle d’Irène étant tenu avec beaucoup de sensibilité et d’expression par  Marika Shönberg  qui cependant ne domine pas tout à fait sa partie. Les aigus par moment  laissent entendre des problèmes de justesse et le timbre est assez nasillard.

Le reste de la distribution est d’un niveau international  dont Richard Wiegold en Steffano Colonna, Stefan Heidemann en Orsini, Robert Bork excellent Cardinal Orvieto  et Mark Heller en Baroncelli.

Les chœurs du Capitole  et ceux de l’Academia teatro alla Scala de Milan, ont accompli leur partie ardue d’excellente  manière  donnant à chaque tableau un relief et une présence remarquables.  Timbres  bien  assortis et harmonieusement disposés, le travail de souffle et d’attaque digne des meilleures  équipes vocales en Europe .Leur ductilité et la souplesse de leur diction font merveille, la discipline et l’enthousiasme  allant de pair  et la magie de la scène opère sur eux au point que chacun est capable de conserver son allure et son caractère tout en se fondant à l’union de la représentation .Dans cette partition ils furent un fleurons majeur  de cette réussite sans faille.

La direction d’orchestre assez raide, comme à l’accoutumée, de Pinchas Steinberg  est efficace. Les chanteurs  trouvant ici un partenaire  de qualité, mais les nuances orchestrale et le côté grand lyrisme de la partition devient vite une course de vitesse surtout dans l’Ouverture si  célèbre qui sonne bien, certes, mais ce n’est  pas une interprétation inoubliable .Pourtant l’Orchestre du Capitole possède de très beau pupitres  et   l’œuvre est porteuse.

 

Rienzi ou le dernier des Tribuns se déroule à Rome alors que le pape est en exil en Avignon .Un article très détaillé joint au programme nous apprend la véritable histoire de ce  garçon de la plèbe Nicolas Lorenzo qui  après avoir étudié le droit devint notaire et puis  légat  de Rome rendant visite au pape Clément VI en Avignon.

Mais ce ne fut pas à cette source que s’abreuva le jeune compositeur R.Wagner  en ces années 1835  à 1842, mais au roman de Edward Bulwer Lytton  paru en Angleterre puis traduit en allemand.

Wagner est en voyage et à Paris il a rencontré Meyerbeer et Spontini  dont le Ferdinand Cortez  l’impressionna  au plus haut point et qu’il considérait comme une grande œuvre. Cependant La Juive de Halevy  eut sa faveur extrême.

Lui, encore inconnu mais déjà maître de l’orchestre à Würzbourg et   à Riga dont il a dû fuir, est l’auteur de deux fables   fantastiques Les Fées (jamais représenté du vivant du compositeur) et La défense d’aimer  dont le lyrisme  brillant est un hommage très pur au compositeur qu’il aima entre tous et dès son plus jeune âge Carl Maria von Weber l’auteur du Freischütz découvrit l’opéra français en cinq actes  lui montrant un chemin qui faisait ses preuves. Il se dépêcha  de ne suivre   ce bel exemple que pour certains traits. étant entendu que sa première caractéristique fut et demeura d’être le librettiste de toutes  ses créations.

_____________________________________________________________________________________________________

Rienzi est écrit alors qu’il se trouve en France, texte  tout d’abord (1837-38) et musique (1838-1840). Mais l’opéra de Paris refuse de le représenter  .Cependant Meyerbeer qui  décèle chez Wagner un compositeur d’une étoffe peu commune lui donne une lettre de recommandation pour Dresde [1].Et le 20 Octobre 1842 Rienzi triomphe au théâtre de la Cour de Saxe qui dans un même élan a pris Wagner comme Chef d’orchestre.

Rienzi ne  tint  pas l’affiche du vivant de Wagner, mais nous savons que l’époque ne se préoccupait que de créer et non pas de reprendre.

L’histoire pour édifiante qu’elle soit met en présence le peuple de Rome et les factions nobles adverses Orsini et Colonna , le Cardinal Orvieto représentant le pape qui se trouve depuis 1309 en Avignon pour des motifs d’insécurité de la ville de Rome. Autre personnage de l’opéra un couple martyr des évènements  celui de Irène la sœur de Rienzi  qui aime et est aimée d’ Adriano Colonna.

La fin est tragique puisque les factions et la plèbe retournent à leurs querelles et la ville à nouveau dans sa détresse, le tribun Rienzi un moment porté à la gloire meurt dans les flammes du Capitole.

_____________________________________________________________________________________________________

La production de Toulouse est confiée à  Jorge Lavelli, se déroule dans un décor incompréhensible et laid qui tient de la soute d’un cargo de marchandises et du garage pour camions citernes, si l’on se réfère à deux pneus fichés près des portes d’évacuation.

Les costumes de Francesco Zito ,en revanche revêtent pour la plupart  des personnages une recherche assez  soignée et judicieuse .Pour certains   dont Irène affublée en permanence d’une robe du soir 1960 corrigée 2012, et Adriano (rôle travesti),costume de ville  noir 1940  peu soigné  la vision manque de cohérence car ils   semblent  s’être  égarés ou évadés d’une autre œuvre .

Par chance celui  de Rienzi  est très réussi, avec  aux deux derniers actes un haut d’armure de chevalerie sur son costume ample et passe partout d’un noir profond.

 Pour la mise en scène il n’y a pas à hurler…La direction d’acteurs étant claire, les parties en présence sont à l’aise sur le plateau. N’oublions pas cependant que, les parties vocales étant d’une telle exigence , les chanteurs  en présence, tous à la hauteur de la partition, ont plutôt à cœur de s’en tenir à la juste performance musicale et vocale.

 Et Monsieur Lavelli a cela de bien, qu’il s’efforce de  respecter le travail du chef et de ses interprètes.

Apparaissent et disparaissent  posés sur des bancs échelonnés à la verticale, des frères franciscains en prière en fond de décors. Ce qui permettra une des  bonnes scènes  bien trouvées de la mise en scène au moment du Te deum (4°acte) .Scène au cours de laquelle la cathédrale est dessinée par une pluie sculptée en jets rideaux translucides d’un très bel effet.

La venue du tribun Rienzi sur scène sur son cheval blanc est une belle trouvaille, d’autant que le  ténor  Torsten Kerl se tient à la perfection et que le cheval  bien dressé a noble allure.

La fin  et l’incendie du Capitole romain se devinent à peine…  Aucune impression n’en ressort. Rien de grandiose, ni d’effroyable  dans ce fatras ! Des placards rouges en fond de plateau, Une espèce de tubulure cheminée géante  dans laquelle on  enfonce jusque sous les bras et place Rienzi, Irène et Adriano  comme s’il fallait les faire cuire pour mourir.

Mais néanmoins la restitution  de cette œuvre  avec des interprètes à la hauteur des enjeux est d’une telle importance que le public a chaleureusement accueilli cette  production. Pour un peu tirée par les cheveux qu’elle soit sur le plan de la mise en scène la prestation de Torsten Kerl et Daniela Sindram, la performance de l’Orchestre du Capitole et des Choeurs



[1] Preuve que les deux hommes et artistes ne se détestaient nullement.

Connexion

Les livres

Hélène Cadouin dite "AMALTHÉE"

Borde Basse

82 150 Saint Amans du Pech

France

Aller au haut