Mon panier

 x 

Panier Vide

Nora  Gubisch et Alain Altinoglu

 d’amour et de musique

Les Folk Songs

 Ils se sont rencontrés, à l’âge [1]du Conservatoire[2]. L’entente et les affinités s’affirmaient et la musique les a choisis pour la vie. Nora Gubisch, Élève de la classe de Piano de la regrettée Catherine Collard elle remporte une médaille d’or et se rend à Paris au cours de Christine Edda-Pierre, le temps d’obtenir le premier Prix et la voici chez Vera Rosza.

Elle devient une de nos grandes mezzos ne se limitant pas aux salles parisiennes et tout en choisissant un répertoire hors des sentiers battus, elle se taille une place au firmament difficile des récitalistes. À la scène les rôles défilent  avec des sauts

Année Jean Philippe  Rameau

Hippolyte et Aricie

Tragédie lyrique

 Nous avions eu le bonheur lors de saison 2009 au Capitole de Toulouse, de voir ce spectacle absolument magnifique, réalisé sous la houlette de Yvan Alexandre (mise en scène)  dans les décors sublimes de Antoine Fontaine, costumes de Jean- Daniel Vuilermoz. Pour la Chorégraphie Natalie van Parys retrouvait les pas, les rythmes et cette élégance souveraine, raffinée et subtile du grand style français héritage qui fit la gloire du Ballet de Cour. Une vision à ma fois historique de l’œuvre et profondément poétique.

La partition musicale dirigée par Emmanuelle Haïm à la tête de son Ensemble Le concert  d‘Astrée concoure à cet enchantement.

L’Amour

Ou le chant Français

Joan Diego Florez

 

Le fameux extrait de l’opéra de Charles Gounod Roméo et Juliette Ah ! Leve-toi soleil !

Donne  le titre à cet album avec lequel le célébrissime ténor d’origine péruvienne vivant en Italie à Pesaro, a réuni douze chants français comme en  panache de notre patrimoine lyrique et musical. Douze extraits  d’opéras français du XIX ème siècle.

Si difficiles à rendre en raison de notre langue qui exige un prononciation sans accent et une musicalité sans accrocs, dénuée de toute tentation et tentative de racolage de l’auditeur.

Honneur à Hector Berlioz dont il nous donne un extrait des Troyens  Ô blonde Cérès. Serait-ce une promesse ? Il vient de  chanter l’Arnold du Guillaume Tell de Rossini. Que chantait Chris Merritt . Alors à quand Enée  de ces fameux Troyens ?

Le phrasé et le sentiment exprimés avec une telle flamme et une telle élégance me laissent espérer. 

Moussorgsky et Prokofiev par Steven Osborn

Tableaux pour exposition   

Sarcasmes et Visions fugitives                                                        

L'hommage à l’ami très cher Viktor Hartmann, architecte, décorateur et peintre disparu subitement 1873 en pleine carrière d'un anévrisme donne au compositeur inspire cette suite de dix courtes pièces en ronde comme dans un conte.Pour adulte ou pour enfant? Qu'importe chaque moment unique ne dépasse pas les cinq minutes étendues mais pas six de La grande Porte de Kiev, les plus suggestives par leur courtes courses étant les Promenades au nombre de trois qui n'excèdent pas cinquante secondes.

 Festival de Pesaro

 Somptueuse Mathilde de Shabran

De Gioachino Rossini

En DVD chez Decca

Ma chronique musicale nous a souvent  permis d’évoquer  en reportages  le Festival de Pesaro, ville natale de Gioachino Rossini (1792-1868).Le célèbre compositeur de Barbier de Séville y est honoré par la représentation, après remise en forme  à l’original du manuscrit, de toutes ses œuvres  depuis le premier Festival de 1982 . Ainsi   un certain nombre des chefs d’œuvres-en particulier les opéras dramatiques – furent remis dans leur lumière et leur écriture originales par les membres éminents de la Fondation Rossini.

Jonas Kaufmann chante Wagner

 

Le ténor idéal pour chanter Wagner se révèle aux mélomanes amateurs de mélodies comme de grandes et fortes envolées lyriques.Un nouvel enregistrement nous le présente désormais sous son jour le plus accompli. Séduisant et idéal sur le plan technique, également profondément humain,loin de l'esprit de star.

Ballade pour un Discophile

Venise chante avec Max Emanuel Cencic

 Vivaldi ne fut pas isolé à créer l’atmosphère de tendre mélancolie, d’espoirs amoureux délirants et de plaisirs effrénés !

L’opéra est maître des liesses et des virtuosités acrobatiques à Venise qui, à partir de la fin du dix-septième siècle s’épuise et s’étourdit dans les plaisirs afin de se guérir par avance de sa chute, offre à la postérité le visage de la magnificence.

Pas moins de cinq à sept endroits où il fallait paraître, être invités en amateur éclairé pour faire partie de la Venise noble et distinguée. Financés par les familles argentées et respectant l’art des compositeurs tous épris d’acrobaties et de lyrismes voluptueux.

Ballade pour un discophile

Au Bonheur des reines

Joyce di Donato

 

Nous avons déjà admiré la cantatrice Joyce di Donato à de nombreuses soirées, notamment le DVD de la cendrillon de Massenet pris à Londres . La voici qui joint soirées et enregistrement. Un sujet merveilleux et baroque qui la ramène à sa prime jeunesse et nous pouvons ainsi nous réjouir de sa magnifique versatilité vocale qui lui fait prendre tous les tons de sentiments exacerbés par le malheur, la joie la plus délirante et la colère ou bien encore mieux la cruauté en forme de joie sensuelle comme dans le somptueux air de Berenice d’Orlandini : Col versar, barabro…

Opéra dans mon fauteuil

 

Lohengrin

Richard Wagner

 

 

Vingt ans se sont écoulés depuis que Claudio Abbado,  alors au sommet de sa carrière, dirigeait l’une des incursions réussies quoique hautement critiquées du ténor célébrissime Placido Domingo, aux les rôles de Helden Tenor[1] de l’opéra allemand.

Philippe Biancon

Les  Préludes  de Claude Debussy

 Le pianiste français Philippe Bianconi revient sur le devant de la scène.Dans le cadre prestigieux de Piano aux Jacobins à Toulouse le 18 Septembre, quelques jours après la sortie de son enregistrement chez Dolcevolta.

 Alors que nous le connaissions pour avoir donné au répertoire pianistique du romantisme allemand l’ éclairage de clarté française soulevée d’un souffle d’ indépendance au delà  des clivages “un peu scolaires“ , voici Philippe Bianconi enfourchant sa monture , nous offrant chez La Dolce Volta les Vingt quatre Préludes de Debussy .

Magdalena Kozena - Ravel,Dvojak,Mahler - Amalthée
Magdalena Kozena - Ravel,Dvojak,Mahler - Amalthée

Magdalena Kozena

Ravel,Dvojak,Mahler

 

 

Désirs,rêves et passions d'une autre atmosphère

Nous vivons une curieuse époque  qui voit des cantatrice de langue étrangère se passionner pour notre répertoire.

Ainsi Magdalena Kozena qui aujourd'hui nous présente une version qui doit faire date  parmi les interprétation de Ravel.

Aimer Brahms - Adam Laloum, piano
Aimer Brahms - Adam Laloum, piano

Les modes se succèdent et Brahms invariablement poursuit son chemin...

Majestueux et lyrique, émouvant à l’extrême violente, mais toujours nuancée et des élans d’une folle passion étourdissante comme un orage sur un lac de montagne.

Brahms aima la nature, la vie et les choses matérielles simple.

Joyce di Donato Diva,Divo Divin et divine.
Joyce di Donato Diva,Divo Divin et divine.

Depuis quelques années, je parle à intervalle régulier de la superbe Joyce di Donato.

Mezzo soprano qualifie cette voix androgyne d’une qualité rare qui possède l’agilité virtuose des voix légères et la gaine large souple des tessiture graves.

Trois octaves minimum et des ressources infinies !

Connexion

Les livres

Hélène Cadouin dite "AMALTHÉE"

Borde Basse

82 150 Saint Amans du Pech

France

Aller au haut